18 octobre 2009

Clear eyes ! Full heart ! Can't lose !

On récapépète.

Pour la rentrée, j'avais prévu de suivre :
Supernatural
The Office (et garder un oeil sur Parks & Recreation)
30 Rock
Dexter
The Sarah Jane Adventures (rien que pour Clyde, qui mérite son propre spinoff loin de Liz Sladen, oi !)

J'ai mis de côté :
Dollhouse (en croisant les doigts pour une amélioration)
House M.D. (en priant les dieux pour éviter le retour au statu quo dès les dix premiers zodes)

Et entretemps j'ai rajouté :
Glee
Stargate Universe

Sans oublier les rattrapages :
The Wire (échec complet, ayant déclaré forfait dès le générique du pilote)
Mad Men (bloqué dans la S1, faute de source...)

Edit: On me souffle que Chuck pourrait reviendre dès ce mois-ci... Mais je ne suis pas prêt !!!!

Et ainsi s'ajoute glorieusement dès aujourd'hui :

fnlhg

Ouais, je suis tombé n'amoureux. Je me suis agrippé à mon auguste siège, rivé à l'écran pendant ce pilote, jusqu'à la fin qui m'a laissé pantois, une larme à l'œil.

On nous plonge dans le quotidien de cette bourgade qui n'est rythmée que par le match de chaque vendredi, une affaire prise au plus sérieux par la population locale. Ils vont jusqu'à faire reposer leur économie sur l'équipe, qui est leur grande fierté, mais qui du coup subit une pression abominable de tous les côtés. Et c'est là que ça devient intéressant, quand on voit comment chacun y répond.

J'ai tout de suite accroché aux persos, tous plus intéressants les uns que les autres, dominés par la houppe capillaire de Kyle Chandler.
Le petit Matt Saracen avec sa bouille timide jeté dans l'arène, et sa mamie dont il doit s'occuper tout seul...
La star locale Jason Street sur qui tout repose... et son accident qui propulse Matt sous les feux. Et l'intelligence, la détermination, et le soutien pour son remplaçant alors qu'il ne pourrait être qu'un gros péteux analphabète.
Tim Riggins, déjà alcoolo sévère, et tourmenté par l'accident de son pote. Sa copine Jessica Tyra, chaudasse mais mature.
Tami Taylor, la femme du coach sait être chieuse sur les bords, avec la pression qu'elle reçoit, mais reste compréhensive et jamais totalement harpie.

friday_night_lights_91

On a toujours des motivations, des nuances. A l'inverse de Glee, on n'est pas dans la caricature. Chacun est rapidement doté d'une personnalité à multiples facettes. On est loin des stéréotypes habituels, ces gosses sont intelligents, pas forcément au niveau des notes académiques, mais il se dégage une grande maturité chez ces ados qui subissent une telle pression.

J'ai apprécié le réalisme dans lequel on est immédiatement plongés. Ce n'est pas sans rappeler le style de BSG, avec la caméra portée, la grande part d'impro, et les divers petites astuces (l'exposition via la radio en voix-off par exemple)...

Et la zique inspirée d'Explosions in the Sky est sublime.

Et du coup, comment je fais pour avoir une vie si même un no-life finira par bouger plus que moi ?

Posté par maikymaldoran à 20:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur Clear eyes ! Full heart ! Can't lose !

Nouveau commentaire